Clichés montrant le phénomène de mue ou d'exuviation

Chenille de Cucculie  ou bréchette   Shargacucullia (Cucculia) lychnitis Rambur, 1833

 

21 / VI / 2004 St-Brice (jardin) dépt : 95

La mue pour les insectes et d'une manière plus générale les Arthropodes est un phénomène important, indispensable pour la croissance car à ce moment la cuticule ancienne étroite et trop rigide va être rejetée (c'est l'exuvie) tandis que la nouvelle cuticule plus souple permettra à l'animal de s'agrandir sous la pression de l'hémolymphe avant qu'elle ne durcisse.

Pendant cette période, la chenille choisit en général un endroit dissimulé et tisse parfois un tapis de soie lui servant de support. Elle gonfle alors la région antérieure de son corps, déchirant l'ancien tégument dont elle se dégage en progressant vers l'avant. la dépouille ou exuvie demeure ainsi fixée au tapis de soie ou au support par les crochets des fausses pattes. La chenille reste ensuite inactive pendant quelque temps avant de se réalimenter, il lui faut en effet attendre que son nouveau tégument ne durcisse. En général le nombre de mue depuis la jeune chenille issue de l'oeuf est de cinq avant de se nymphoser.

Biologie de la chenille présentée :

Famille des Noctuidae

Biotopes: Champs, friches, dunes, bords des routes...

Plantes nourricières: Molènes (Verbascum nigrum, Verbascum lychnitis, etc.). Parfois également sur Scrofulaires (Scrophularia).

Cycle biologique: Une génération par an. Les œufs sont pondus isolément, sur la face inférieure des feuilles Gaillet. Les chenilles s'observent en août-septembre. Elles consomment les fleurs et se trouvent souvent sur des plantes déjà attaquées par Cucullia verbasci (Linné).

Nymphose en automne, dans des cocons tissés sur ou dans le sol. Émergence habituellement l'année suivante, en juin. Parfois, le stade nymphal dure plusieurs années.